Le moral des professionnels de l’immobilier reste dans l’ensemble excellent. Mais si l’optimisme demeure largement majoritaire, le nombre des pessimistes a nettement progressé.

La 11ème édition du baromètre Crédit Foncier / CSA sur le moral des professionnels de l’immobilier* reste à forte dominante verte : plus des trois-quarts (77 %) des sondés s’y déclarent optimistes pour le marché résidentiel dans les 12 mois à venir.

(Léger) Début de vague à l’âme

S’il se maintient globalement au même niveau depuis deux ans, ce taux enregistre malgré tout un léger recul par rapport aux dernières études (- 3 % par rapport à janvier, – 5 % par rapport à septembre 2017). Par ailleurs, l’écart entre Province (75 % d’optimistes) et Ile-de-France (89 %) tend à s’accentuer. C’est dans le Sud-Est (70 %) et dans le Nord-Est (65 %) qu’ils sont les moins nombreux.

Dans le même temps, le pourcentage des pessimistes (23 %) augmente à peu près dans les mêmes proportions (+ 5 % par rapport à janvier). Le niveau bas des taux d’intérêt et le dynamisme du marché nourrissent cet optimisme quand, à l’inverse, les inquiets expliquent leur sentiment par la diminution des aides à l’accession, le contexte économique et l’évolution du pouvoir d’achat.

Stabilité prévue

Quand ils jettent un coup d’œil dans le rétroviseur, 74 % des sondés ont le sentiment que le marché s’est stabilisé ou amélioré sur les quatre premiers mois de l’année.

Qu’ils s’expriment sur les prix ou l’activité, les professionnels anticipent plutôt une phase de stabilisation. Dans le neuf, 45 % des répondants estiment que le niveau de transactions devrait se maintenir et 32 % qu’il devrait progresser. Les prix eux, devraient rester stables (56 % des répondants) ou augmenter (37 %). Dans l’ancien, ils sont plus de la moitié à prévoir le maintien de l’activité (53 %) et des prix (52 %).

Mesures attendues

Interrogés sur la loi Elan, les sondés listent les mesures dont ils estiment l’adoption prioritaire : simplification des normes et procédures d’urbanisme (70 %), revitalisation des centres villes (41 %), lutte contre les recours abusifs (39 %), rénovation énergétique et transformation des bureaux en logements (27 %).

Enfin, 3 professionnels sur 4 (74 %) pensent qu’il faut revenir sur la quasi-suppression de l’APL accession intervenue en fin d’année dernière.

* Enquête réalisée du 5 au 12 avril 2018, par téléphone, auprès d’un échantillon représentatif de 403 professionnels de l’immobilier (agents immobiliers, commercialisateurs, lotisseurs, promoteurs, constructeurs de maisons individuelles, gestionnaires de patrimoine)

Critères

Une étude commandée par le Crédit foncier révèle les critères privilégiés par les ménages quand il s’agit de choisir un logement. Les éléments les plus importants sont le prix du bien (loyer ou acquisition), le type d’habitat et le calme du secteur. Ensuite, dans une liste de critères moins primordiaux selon les personnes interrogées on retrouve l’état général (murs, sols, plomberie, installations électriques, propreté), la surface totale, le nombre de pièces et la luminosité. 80 % des sondés affirment avoir trouvé un logement qui correspond pleinement ou en grande partie à leurs envies.

 

house-1407562_1920

Photo