Henry Buzy-Cazaux, président de l’Institut du Management des Services Immobiliers, revient en détail sur le lancement par le gouvernement d’un nouveau dispositif d’investissement locatif.

On en aura mis du temps pour y parvenir, mais ça y est! Nous y sommes.
La ministre du logement et l’habitat durable vient en effet de lancer un dispositif dénommé « Louer abordable ». Il est donné comme provisoire jusqu’à la fin de 2019. Consistant à permettre aux propriétaires investisseurs de déduire de leurs revenus locatifs de 15 à 85% des loyers bruts perçus selon qu’ils consentent des loyers plus ou moins modérés par rapport au niveau du marché.

Un soutien au marché locatif

En pratique, dans les zones tendues, où l’insuffisante d’offre locative est forte, si un bailleur accepte de plafonner les loyers pratiqués de l’ordre de 20%. Sa déduction sera de 30% et elle pourra monter à 70%; Si le loyer est très social, équivalent à 40% des loyers de marché. Cela même si 85% si le logement est confié à une agence immobilière à vocation sociale (AIVS).

En zone moins tendue, la déduction ira de 15% à 50%. Dans tous les cas, le locataire devra lui-même présenter un profil, attesté par ses revenus. En bref justifier l’obtention d’un loyer en-dessous du marché; Afin que les ménages les plus favorisés en viennent à prendre la place naturelle des moins aisés voire des plus fragiles économiquement.

Les logements concernés peuvent être rénovés grâce aux subventions de l’ANAH.  Ils doivent ainsi être loués pour une durée minimum de 6 ans, portée à 9 ans si le propriétaire a bénéficié d’aides financières pour l’amélioration du bien. L’objectif est de conduire les investisseurs à remettre sur le marché 50.000 logements locatifs.