L‘analyse de l’évolution de la taxe foncière au niveau de 118 villes françaises de plus de 50.000 habitants montre que celle-ci a augmenté de 2,34% en moyenne, depuis le début de cette année.

Cette moyenne ne traduit pas les chiffres de la fiscalité locale qui cachent de grandes disparités. Et malgré un taux d’inflation de 0,2% sur un an, certains élus ont pris l’initiative de minimiser cette hausse. 
 En effet, l’augmentation de la taxe foncière a été initiée par une décision parlementaire dans le but de réajuster la valeur locative.

Les communes et les départements ne sont pas touchés par cette hausse d’impôts. Six communes ont même diminué leur taux d’imposition pour cette année, à savoir : Caen, Grasse, Laval, Le Blanc Mesnil, Lorient et Pau. Ces prérogatives constituent une partie des promesses de campagnes des représentants des collectivités locales qui ont été élus dernièrement. Ce qui n’est pas le cas à Lille, qui connait une hausse considérable de la taxe foncière en raison de l’augmentation de l’impôt communal.

 De même qu’à Strasbourg et à Lyon qui connaissent chacun une hausse de 9,62% et 8,61%.

Source 

Photo source