Le dernier observatoire Crédit Logement-CSA confirme des conditions d’emprunt toujours exceptionnelles dans l’immobilier.

Les taux moyens se rapprochent en effet des plus bas de la fin 2016 : 1,42 % mi-juillet, à comparer à 1,33 % en décembre 2016. Il s’agit ici du taux moyen toutes durées confondues pour les prêts accordés dans le neuf, l’ancien et les travaux. Pour resituer les chiffres dans leur contexte, l’Observatoire souligne que le niveau des taux est quatre fois moins élevé que début 2001 !

Les taux sont particulièrement attractifs sur les durées longues, qui représentent une bonne partie de la production : les prêts à 25 ans et + représentaient 38 % de la production en juin 2018 et ceux à 20 ans et +, plus des deux tiers. Le taux moyen sur 25 ans continue de diminuer à 1,67 %, avec même des offres à 1,41 % pour les meilleurs profils. Conséquence logique : l’allongement des durées se poursuit, avec une moyenne à 222 mois.

Crédit Logement mentionne aussi un assouplissement des conditions d’octroi des crédits en faveur des ménages modestes avec notamment des exigences moindres des banques en matière d’apport personnel. Dans le neuf par exemple, la part des accédants modestes (moins de 3 SMIC) se relève fortement cette année à plus de 40 %.

En réponse à cet assouplissement, le marché de l’accession enregistre un rebond de la part des emprunteurs les plus jeunes : dans le neuf, la part des moins de 35 ans s’est nettement redressée pour s’établir à 51,3 % en 2018 ; dans l’ancien, elle atteint désormais 45,9 %.

Enfin, cette amélioration des conditions de crédit, conjuguée à la réduction de la production de PTZ et de PAS, a favorisé un sursaut de la production bancaire classique. Ces évolutions récentes ne changent pas cependant la tendance baissière qui persiste pour l’activité mesurée en rythme annuel glissant (-8.5 % pour le nombre de prêts).

money-2724235_1920