Le prélèvement à la source de l’impôt sur les revenus sera mis en place dans quelques mois. Quel sera son impact sur les revenus fonciers et les dépenses de travaux ? Explications.

Les revenus fonciers 

À partir du 1er janvier prochain, le décalage d’un an entre la perception des loyers et leur imposition disparaît. 

À l’instar des indépendants, les bénéficiaires de revenus fonciers paieront leur impôt sur le revenu via des acomptes calculés par l’administration sur la base de la déclaration de revenus effectuée au printemps dernier, et prélevés mensuellement ou trimestriellement. Vous avez jusqu’à début décembre pour choisir la fréquence des prélèvements.

Si les revenus subissent une forte variation, ces acomptes pourront être actualisés en cours d’année à l’initiative du contribuable, dans les mêmes conditions que le prélèvement à la source applicable aux revenus versés par un tiers. Si, par exemple, vous cessez de louer un bien, vous pourrez immédiatement arrêter de payer les acomptes correspondants.

Les travaux déductibles

Avec la mise en place du prélèvement à la source, les contribuables n’auront pas d’impôt à payer sur leurs revenus courants de 2018. Ils n’avaient donc a priori aucun intérêt à engager des dépenses déductibles cette année.

Pour éviter que l’année blanche les incite à reporter leurs dépenses en 2019, le législateur a toutefois pris soin d’instaurer des garde-fous. Ainsi, les travaux réalisés et payés en 2019 seront pris en compte, mais le montant déductible sera calculé en retenant la moyenne des travaux réalisés en 2018 et 2019. 

Enfin, certains revenus perçus en 2018, considérés comme exceptionnels, resteront taxés.

calculator-428294_1920