Le courtier en crédit Meilleurtaux.com a dessiné le portrait-robot de l’emprunteur 2016, hors renégociation de prêt. Quant au Crédit foncier, il s’est plus particulièrement intéressé à l’investisseur locatif.

Les caractéristiques de l’emprunteur moyen varient assez nettement selon qu’il habite Paris, le Grand Est ou la Normandie. Mais, selon le portrait qu’en a établi Meilleurtaux.com, il rajeunit, emprunte plus et dispose d’un apport personnel nettement moins élevé que les années précédentes.

Montant en hausse, apport en baisse

Sous l’effet de taux exceptionnellement bas, l’emprunt moyen a littéralement bondi dans le courant de l’année 2016. Relativement stable lors des deux précédentes études, il augmente cette année de 20 000€ par rapport à l’année précédente, pour atteindre 199 699€.

A l’inverse, après avoir enregistré, pour la première fois depuis 2004, une très légère baisse en 2015, l’apport moyen s’est purement et simplement effondré en 2016, pour s’établir à 20 729 €, contre 57 735 € en 2015 et près de 70 000 € en 2014 ! Conséquence de ces courbes croisées : la transaction moyenne est quand même en baisse sensible, à 220 428 € (249 406 € en 2015).

Plus jeune, plus longtemps

Le revenu net moyen d’un foyer d’emprunteurs en France s’est légèrement élevé en 2016, et atteint 5401 € mensuels. Plus de la moitié d’entre eux (51 %) disposent cependant de revenus inférieurs à 4000 € nets par mois.

Enfin, si l’âge moyen des emprunteurs reste relativement stable depuis 2010, après avoir fortement augmenté entre 2004 et 2009, il apparait en très légère baisse en 2016 par rapport à 2015 : 37,3 ans contre 37,6 ans. Parallèlement, la durée moyenne prévue à la signature des prêts s’allonge très légèrement pour atteindre 19,1 ans (18,9 ans en 2015).

Paris – province

Sans surprise, le portrait de l’emprunteur parisien diffère assez sensiblement. Plus âgé (38,2 ans), son foyer dispose de revenus presque deux fois plus élevés que la moyenne nationale (8787 €). Il s’endette donc moins longtemps (16,6 ans), mais emprunte plus (230 616 €) et finance des transactions nettement plus onéreuses (312 257 €).

Dans une moindre mesure, les Franciliens et les emprunteurs de la région Paca présentent un profil comparable. A l’autre extrémité, dans les Hauts de France et dans le Grand Est, les emprunteurs sont plus jeunes que la moyenne, disposent de revenus et d’apports inférieurs. C’est en Normandie que les montants empruntés sont les plus faibles.

Zoom sur les primo-accédants

Enfin, en comparaison avec la moyenne nationale, l’emprunteur primo-accédant est âgé en moyenne de 34,3 ans. 60% d’entre eux ont ainsi moins de 35 ans, dont plus du tiers (34%) moins de 30 ans.

Très légèrement inférieur à celui de l’emprunteur moyen, l’apport des primo-accédants atteint tout de même 20 000 €. Ils disposent pour 60 % d’entre eux de revenus inférieurs à 4000 € mensuels, et empruntent 19,9 ans, pour une transaction moyenne de 210 574 €.