Près de neuf professionnels sur dix considèrent que le marché du logement s’est stabilisé (45 %) ou amélioré (42 %) ces derniers mois. Et ils sont quatre sur cinq (80 %) à se déclarer optimistes pour les douze prochains mois. Pour sa 8ème édition, le traditionnel  baromètre Crédit Foncier/CSA a rarement révélé une telle confiance !

Un chiffre résume à lui seul l’évolution du moral des professionnels de l’immobilier : ils étaient près des deux tiers (64 %) à avouer leur pessimisme en janvier 2015, encore un sur trois (32 %) un an plus tard, ils sont moins d’un sur cinq (17 %) aujourd’hui !

Des causes identifiées

Les professionnels les plus confiants exercent leur talent dans l’ouest : 88 % dans le Sud-Ouest et  85 % dans le Nord-Ouest. Nord-Est et Sud-Est affichent encore un peu plus de réticences à 75 % d’optimistes, quand ils sont 82 % en Ile-de-France

Trimestre après trimestre, les raisons du retour de la confiance ne changent pas. Il se nourrit toujours principalement de l’attractivité du marché (79 %), des dispositifs publics de soutien (67 %) et des niveaux toujours faibles des taux d’intérêt de crédits immobiliers (66 %). Résultat : seuls 11 % des professionnels interrogés déclarent ne pas avoir atteint leur objectif commercial sur les quatre derniers mois.

A contrario, le pessimisme se justifie par le contexte économique, le niveau du pouvoir d’achat des ménages et les incertitudes liées à la période électorale.

Hausses prévisibles

Illustration parmi d’autres de ce climat général jugé malgré tout largement favorable : les professionnels sont de plus en plus nombreux à s’attendre à voir les prix remonter dans l’ancien. La part de ceux qui anticipent une hausse ne cesse d’augmenter enquête après enquête : ils sont ainsi 23 % aujourd’hui, contre 17 % en début d’année. C’est en Ile-de-France (34 %) et dans le Sud-Ouest (31 %) qu’elle est au plus haut.

La tendance est identique quand il s’agit d’évoquer l’évolution de l’activité. Après une hausse cumulée de 22 % en 2015 et 2016, près d’un professionnel sur deux (48 %) prévoit une stabilité, quand un sur trois (32 %) mise sur une poursuite de la hausse des transactions.

Dans le neuf : les prix devraient rester stables (53 % des répondants) ou augmenter (36 %) ; le niveau de logements vendus devrait a minima se maintenir (42 % des sondés), voire poursuivre sa hausse (38 %).

*Enquête réalisée du 27 mars au 3 avril 2017, par téléphone, auprès d’un échantillon représentatif de 400 professionnels de l’immobilier (agents immobiliers, commercialisateurs, lotisseurs, promoteurs, constructeurs de maisons individuelles, gestionnaires de patrimoine). Ce baromètre est réalisé tous les quatre mois.

 

agreement-303221_1280

 

Source de l’image