• DPE en question. Écarts sur les résultats, manquements à la déontologie… Autant de difficultés rencontrées dans le cadre de la réalisation de diagnostics de performance énergétique (DPE). Pour y remédier, le Conseil supérieur de la construction et de l’efficacité énergétique (CSCEE) adresse plusieurs préconisations aux pouvoirs publics. Il suggère notamment de « renforcer la formation et le contrôle des diagnostiqueurs » pour améliorer leur crédibilité. Autre évolution recommandée, celle de ne n’appuyer l’étiquette énergétique que sur la modélisation. Pour les conseillers, « la méthode du DPE basée sur les factures n’est représentative que des consommations des précédents occupants ».
  • Projets souterrains. Théâtre immersif, Cabaret pédagogique, Cinéma ou Cité du Handicap… La mairie de Paris a procédé à une première sélection dans le cadre de l’appel à projets « Réinventer Paris 2 ». Consacré aux sous-sols de la capitale et lancé en mai 2017, il concernait à l’origine 34 sites, mais a été recentré sur 31. Sur les 217 projets soumis, 85 finalistes ont été retenus pour ce premier tour. Le second est programmé pour la rentrée prochaine.
  • Métropole. Dans le même registre, Patrick Ollier, président de la métropole du Grand Paris, a dévoilé les 43 sites candidats de la deuxième édition de l’appel à projets « Inventons la métropole du Grand Paris ». Ces sites, dont la liste est disponible sur le site de « Inventons la métropole du Grand Paris », sont répartis dans 30 villes. Après la fin de cette première phase d’appel à projets, fin juillet, une première sélection de candidats s’effectuera en septembre. Une seconde phase suivra entre octobre prochain et février 2019, pour une annonce des lauréats en mai 2019.
  • Aides mal connues. Certaines aides à la rénovation énergétique des logements demeurent mal connues du grand public. C’est notamment ce qui ressort d’une étude récemment réalisée par l’Observatoire Maison à part.com auprès de 596 particuliers. La TVA à taux réduit est la plus connue des ménages (70 %), suivi par l’éco-PTZ (65 %) et le CITE (60 %). A l’inverse, 79 % des sondés avouent tout ignorer du chèque énergie. Ils sont également 67 % à ne pas connaître le CEE (certificat d’économie d’énergie). Quant aux aides de l’Anah, elles ne sont connues que de 42 % des personnes interrogées. Cette même étude liste les aides dont les Français souhaiteraient pouvoir bénéficier : une prime versée avant le début des travaux motiverait 46 % des sondés ; ils sont aussi nombreux (40 %) à se déclarer favorables à un crédit d’impôt ou à une aide financière accordée aux particuliers qui réalisent leurs travaux eux-mêmes. Enfin, le prêt à taux zéro n’est un argument que pour 26 % des Français interrogés.

rock-3081950_1280