Dynamique positive.

Les énergies renouvelables ont couvert l’an dernier près de 19 % de la consommation électrique nationale, grâce à une augmentation du parc éolien et photovoltaïque installé. Les installations solaires photovoltaïques atteignaient notamment, fin 2015, les 6.191 MW cumulés grâce à 895 MW nouvellement raccordés (+17 %). Elles ont généré 7,4 TWh (+25 %), représentant environ 1,6 % de la consommation électrique. Du reste, après des années de décroissance, le marché français du solaire thermique et du photovoltaïque remonte la pente. Le chiffre d’affaires global a progressé de 4 % en 2015 pour atteindre les 4,5 milliards d’euros. Seul bémol : le secteur de la chaleur (biomasse, géothermie) a souffert de la concurrence à court terme induite par la baisse du cours des énergies fossiles.

Paris réinventé.

L’opération initiée par la mairie de Paris se poursuit. Les 22 lauréats de l’appel à projets, sur 815 dossiers déposés, ont ainsi été présentés début février. Tous privilégient le « Vivre ensemble » et les usages multiples : jardins et terrasses potagers, logements, co-working… Ils s’inscrivent aussi dans une logique écologique, d’où l’émergence de jardins, espaces verts, fermes urbaines, façades végétales… Au total, 22.000 m² de surfaces plantées (17.000 m² d’espaces verts hors sols et 4.000 m² en terre pleine) devraient bientôt voir le jour. 1.341 nouveaux logements, dont 675 sociaux, seront également créés.

Révolution numérique. Les ministres du Logement et de l’Economie viennent de lancer une mission sur l’avenir de la profession immobilière face à la révolution numérique. Le gouvernement souhaite en effet disposer d’une analyse sur les changements que cette révolution numérique a générés dans l’activité traditionnelle des professions immobilières ; et de propositions, juridiques ou économiques, permettant de renforcer l’efficacité des professionnels et d’affronter la concurrence internationale. Les conclusions de cette mission sont attendues pour juillet prochain.

Livrets.

Le gouvernement a décidé de maintenir le taux du Livret A inchangé à 0,75 % alors que, selon son mode de calcul, il aurait dû mécaniquement tomber à 0,5 % au 1er février. Le taux de rémunération des nouveaux PEL, quant à lui, a été abaissé à 1,5%, contre 1,75% jusque-là. Enfin, le taux d’intérêt maximal facturé par les banques aux épargnants choisissant d’emprunter dans le cadre du PEL, à l’issue de la phase d’épargne, a été ramené de 3,20 % à 2,70 %, soit un gain pour les emprunteurs de 50 points de base.

Logement social.

Selon les chiffres du ministère, plus de 109 000 logements sociaux ont été financés l’an dernier, hors opération de rénovation urbaine de l’Anru, soit une hausse de 2,3 % par rapport à 2014. Plus de deux logements sociaux agréés sur 5 sont programmés dans les territoires où la demande est forte (zone A). En revanche, seul un quart des logements produits sont destinés aux ménages très modestes (PLAi).

Nouveaux tarifs.

Décidés dans le cadre de la loi Macron, adoptée en août 2015, les nouveaux tarifs réglementés des notaires ont été publiés le 28 février dernier au Journal Officiel. Ils prévoient une baisse de 2,5 %, entrent en vigueur à compter du 1er mai et seront révisés dans deux ans. Pour les transactions immobilières, les tarifs pourront donner lieu à des remises allant jusqu’à 10 %. Selon le communiqué commun des ministères de l’Economie et de la Justice, « toutes les transactions immobilières au-dessus de 150.000 euros donneront lieu à cette remise, soit près de la moitié » des ventes.

Photo