Le régime microfoncier est conseillé pour les propriétaires dont les loyers n’ont pas dépassé les 15.000 euros en 2015. Les revenus seront déclarés sur le formulaire n° 2042, et un abattement de 30 % sera appliqué. Ce régime ne se conjugue avec aucun autre avantage fiscal.

Le régime réel permet de déduire du revenu foncier toutes les charges payées durant l’année (syndic, taxe foncière, intérêts de crédit, travaux…). Le propriétaire est tenu de justifier ces charges sur le formulaire 2044 ou 2044S. Si les charges dépassent la valeur des loyers, le déficit sera déduit du revenu. Toutefois, la valeur ne dépassera pas les 10.700 euros.

La location meublée étant considérée comme une activité commerciale, les loyers sont perçus comme bénéfice d’un commerce. Selon la valeur des loyers, la location sera classée au régime micro-BIC ou au régime réel. Dans le micro-BIC, le seuil est de 32.900 euros pour une maison louée comme résidence principale, avec une réduction de 50 %. Pour les gîtes et locations meublées à vocation touristique, le seuil est de 82.200 euros, avec 71 % d’abattement. Si les loyers ont dépassé ces seuils en 2015, le propriétaire doit se placer d’office sur le régime réel.

Source

Source photo